Publié le 8 Juin 2017

Après le succès des Autodafeurs, Marine Carteron revient avec un nouveau roman heroic fantasy. Il est ici question d'un gène particulier, de mutation d'ADN, de chromosome en forme de "K", tout cela dans un univers angoissant, parsemé de créatures terrifiantes...

 

Nous suivons trois jeunes, Kassandre, Mina et Georg, tous trois assez étranges et révoltés et qui cachent en eux un pouvoir que la plupart des gens ignorent... d'un pensionnat luxueux en Suisse aux quartiers chauds de Naples, la traque commence car leurs dons sont convoités par de redoutables puissances...

 

Un roman qui fait référence aux dérives de la manipulation génétique, aux grandes pandémies et à la responsabilité individuelle de chacun.

J'ai aimé découvrir ce nouveau roman de Marine Carteron mais j'avoue que l'histoire ne m'a pas non plus parlée plus que ça. J'aime la fantasy mais j'ai eu dû mal à rentrer dans l'univers et à me prendre à l'histoire. Mais je conseillerai tout de même aux ados et jeunes adultes ce roman car ce sujet plait toujours beaucoup !

 

Voir les commentaires

Rédigé par La fée Culturelle

Publié dans #Lecture

Repost 0

Publié le 7 Juin 2017

Un album très poétique, un récit initiatique où l'on suit un petit renard.

Il s'agit de Dali, qui quitte le terrier pour découvrir la forêt. Il se rend compte petit à petit que se débrouiller seul n'est pas évident, surtout lorsque l'hiver approche. La forêt est apaisante, la forêt est un refuge mais elle peut aussi être semée d'embuches. Il est nécessaire de rester vigilant et prudent.

Heureusement, Dali va pouvoir compter sur l'aide de ses amis et surtout sur un ami inattendu...

Cet album, aux illustrations très tendres et douces (une majorité de bleu pastel compose les pages) permet au jeune lecteur de faire l'expérience de la solitude, de l'amitié et du partage. Il apprendra, comme Dali, à veiller sur les autres comme on a veillé sur lui.

Voir les commentaires

Rédigé par La fée Culturelle

Publié dans #Lecture

Repost 0

Publié le 4 Mai 2017

Une ode à l'amitié, à la complicité entre un petit garçon et son animal, ici un lapin nain ...

Le jour de son anniversaire, un petit garçon reçoit comme cadeau de la part de son oncle, un lapin nain, dont il a toujours rêvé. Sauf que le lapin, ne ressemble pas tout à fait à ce qu'il imaginait. En ouvrant le carton, il découvre une chose velue très peu esthétique qui déçoit beaucoup le petit garçon. Et alors là, c'est parti pour une grosse, non, plutôt une énorme colère qui donne envie de tout casser et de pleurer sans s'arrêter. Mais petit à petit, une belle complicité se nouera entre nos deux petits amis.

Un album pour aborder les émotions qui peuvent submerger les enfants, le droit d'être déçu et d'être en colère. Les dessins, plutôt vintage, accompagne vraiment bien l'histoire. Le lecteur suit toutes les émotions du petit garçon, telles des montagnes russes !

Une histoire à lire à voix haute au plus grand plaisir des petits !

Mon lapin patate, de Christine Roussey

Voir les commentaires

Rédigé par La fée Culturelle

Publié dans #Lecture

Repost 0

Publié le 2 Mai 2017

Une bande dessinée à lire de toute urgence ! Elle traite du syndrome d'Asperger et retrace l'histoire de Julie Dachez, l'auteur, qui a été diagnostiquée aspie à 27 ans. Cette bande dessinée nait grâce à la rencontre entre l'auteur et l'illustratrice Mademoiselle Caroline, qui, selon a moi a vraiment bien su retranscrire l'histoire de Julie Dachez à travers ses dessins.

En ouvrant cette bande dessinée, nous découvrons Marguerite, 27 ans, qui en apparence est absolument comme tout le monde. Jolie, vive et intelligente, elle travaille dans une grande entreprise et a un compagnon. Rien d'anormal en réalité. Mais pourtant, Marguerite n'est pas comme tout le monde, elle ne réagit pas de la même manière mais elle ne sait pas pourquoi. Hypersensible aux bruits et aux odeurs,  perdue dans les open-space et les soirées, agressée par la lumière, Marguerite essaye de survivre en établissant des rituels dans sa vie, en se cramponnant à la routine. Il est difficile pour elle d'avoir une vie sociale, et l'imprévue la panique totalement. Elle ne se sent bien que chez elle, qu'en pyjama et avec ses chats. Elle essaye de comprendre ce qu'elle a en allant voir des médecins, mais à part la mettre dans la catégorie "dépression", elle n'a pas d'explications... Petit à petit, elle va mener ses propres recherches et va être aiguillée vers une forme d'autisme légère : le syndrome d'Asperger.

Cette bande dessinée permet vraiment d'aborder ce syndrome  méconnu du grand public et donne des explications concrètes à qui se poserait des questions. Julie Dachez ballait également pas mal de clichés autour de ce trouble méconnu et mal diagnostiqué.

Par ailleurs, une belle préface de Carole Tardif (professeure de psychologie du développement typique et atypique et par le Dr Bruno Gepner (pédopsychiatre et président de la Fédération Autisme Vie Entière) se trouve au début du livre et permet d'introduire le sujet.

Voir les commentaires

Rédigé par La fée Culturelle

Publié dans #Lecture

Repost 0

Publié le 12 Avril 2017

Sofia se demande ce que ses parents font la nuit pendant qu'elle dort... son imaginaire se met en marche et elle image des scénarii bien différents à chaque fois. A chaque page, le lecteur découvre une nouvelle proposition farfelue de la petite fille, souvent réfutée par les parents qui ont toujours une explication. Un album très réussi ! Des illustrations qui accompagnent parfaitement bien l'histoire, aux couleurs et aux traits dynamiques et vifs. A lire en famille pour répondre aux questions que vos enfants vous posent !

 

Mais que font les parents la nuit ? Thierry Lenain et Barroux. Ed. Little Urban, 2017.

 

 

 

 

Mais que font les parents la nuit ? Thierry Lenain et Barroux
Mais que font les parents la nuit ? Thierry Lenain et Barroux

Voir les commentaires

Rédigé par La fée Culturelle

Publié dans #Lecture

Repost 0

Publié le 7 Avril 2017

Rose à petits pois, fait partie de ces albums que l'on aimerait bien cueillir plus régulièrement au bout du chemin. C'est un album aux illustrations légèrement naïve, et un peu rétro, mais que j'ai trouvé très tendre et touchant. Il permet vraiment d'ensoleiller une journée, il met du baume au cœur, tant dans sa délicatesse que dans son style.

Il raconte l'histoire d'Adèle, qui tient un café dans un minuscule village, "disséminé dans les herbes folles", faisant "front au vent, face à l'océan". Adèle, c'est une jolie jeune femme qui ouvre les portes de son café "tablier à pois" tous les jours de la semaine, pour tous les clients. Et comme les clients sont tous des habitués, elle leur ouvre les portes tous les jours.  Il y a aussi Lucas, l'épicier, qui apporte des fleurs pour qu'elle confectionne de jolis bouquets sur les tables de son café.

Par contre, Adèle perd son sourire et sa joie de vivre dès lors qu'il pleut... Elle reste enfermée et perd son entrain car la pluie, c'est gris, c'est froid et c'est sombre... Adèle le dit, elle ne mettra pas un pied dehors...

Rose à petits pois, Amélie Callot et Geneviève Godbout
Rose à petits pois, Amélie Callot et Geneviève Godbout
Rose à petits pois, Amélie Callot et Geneviève Godbout

Voir les commentaires

Rédigé par La fée Culturelle

Publié dans #Lecture

Repost 0

Publié le 31 Mars 2017

J'ai pu me rendre hier soir à 18h, à l'inauguration du festival Tropisme dont c'est la 4e édition cette année.

Tropisme, c'est un festival hybride, qui concilie pop culture et nouvelles technologies et investit la salle Victoire 2 et l'Ecolothèque, avec des installations ludiques, des expérimentations culinaires, des conférences décalées, des concerts, des événements pour les enfants, des projections en musique...

Car on peut boire du très bon vin, notamment du domaine de Terre Mégère, écouter du bon son, expérimenter de nouvelles expériences technologiques, écouter des conférences, etc...

Le maître mot de cette 4e édition : l'immersion dans le son, l'image, la fête et la pensée.

Ainsi, à 18h, quand tout le monde terminait doucement sa journée de travail ou se rendait à la plage, j'ai eu la chance de pouvoir me plonger dans l'univers de la réalité virtuelle en testant trois installations.

La première fût "trois cent soixante" et la découverte de "Panrama", qui est un des tous premiers dispositifs de projection cinématographique jamais conçu, breveté par le Montpelliérain Philippe Jaulme. Nous sommes donc allongés devant cette coupole et découvrons "Ballades à Paul Valéry", comme si nous y étions...

C'est parti ensuite pour la salle gaming avec un casque de réalité virtuelle sur les yeux et un plongeon dans "S.E.N.S", un labyrinthe en réalité virtuelle inspiré d'une bande dessinée. Un voyage initiatique au coeur d'un univers aux lois étranges. L'objectif est de suivre les indications que nous sont proposées. Tout cela se fait uniquement avec le regard, par le biais d'un cercle qui nous permet d'avancer dans l'initiation. On anime ainsi des objets d'un simple regard, on ouvre une porte, on tombe dans le vide, un marche aux confins d'une mer de glace qui craquèle sous nos pas. Un univers à découvrir !

D'après la bande dessinée de Marc-Antoine Mathieu (Edition Delcourt)

 

La 3e expérience de réalité virtuelle que j'ai testé est "Tilt Brush". Cette fois, j'ai vraiment été bien plus actrice de l'expérience puisque j'avais deux manettes dans les mains, et à la manière de paint, je pouvais dessiner dans l'environnement. Je pense qu'il suffit de regarder la vidéo pour se rendre compte.

Je suis très contente des expériences que j'ai pu tester. Il y avait peu de monde et je me suis complètement prise au jeu.

Tropisme, c'est aussi une guinguette, food trucks et musique à volonté et ça continue jusqu'au 2 avril ! Alors un conseil, allez-y !

Tropisme festival : 4 jours de fête et d'expérimentations numériques à Montpellier

Voir les commentaires

Rédigé par La fée Culturelle

Publié dans #Numérique

Repost 0