Plus de morts que de vivants, Guillaume Guéraud, 2015

Publié le 10 Mai 2016

Un deuxième roman de Guillaume Guéraud que je viens de découvrir ! D'ailleurs, je ne m'étais absolument pas rendu compte que j'avais deux romans de cet auteur au pied de ma table de nuit. Comme quoi le hasard fait bien les choses... Plus de morts que de vivants est par contre, d'un registre différent...

Mais de quoi ça parle ?

8 heures du matin, vendredi 17 février, dernier jour de cours avant les vacances d'hiver pour les 647 élèves du collège Rosa Parks. Certains ont les traits fatigués ou les intestins en vrac parce que la grippe ou la gastro ne les a pas épargnés. Mais faut croire que tous ont déjà la tête en vacances et qu'ils considèrent cette journée comme une simple formalité. Sauf que le portail du collège qui se ferme sur eux n'est pas prêt de rouvrir. Un nez saigne, une touffe de cheveux tombe, de minuscules boutons apparaissent sur un bras. Personne ne s'inquiète de ces détails alarmants. Tous ignorent qu'un virus fulgurant se fraye un chemin dans les couloirs du collège en infectant les cellules de leurs organismes. Bientôt, ils vomiront du sang, ils perdront leurs dents... Qui en sortira vivant ?

 

Un résumé qui nous permet de nous faire une première idée du roman... et nous ne sommes pas déçus ! Avec la lecture de Anka, j'ai commencé à me faire une opinion de cet auteur et à découvrir son univers. Plus de morts que de vivants est un roman prenant, addictif, gore, fascinant, horrible... mais à partir du moment que l'on a tourné la première page, on ne peux plus s'arrêter ! Il fait parti du genre de roman que l'on pourrait dévorer en quelques heures sans soucis...

Guillaume Guéraud indique avoir eu de multiples inspirations pour écrire ce livre : les films de Wes Craven (La colline a des yeux, Les griffes de la nuit) et de Tobe Hopper (Massacre à la tronçonneuse).

L'écriture est à la fois nerveuse, tranchante et très visuelle... on s'imagine tout à fait les différentes scènes qui sont en train de se dérouler... sans empêcher ce rictus de dégoût qui se dessine sur nos lèvres à chaque description sanglante, voir gore... Nous suivons différents adolescents, de différents niveaux (6e, 3e...) et nous n'avons d'ailleurs pas le temps de nous attacher aux personnages car "la foudre" tape sans arrêt... Le lecteur est donc spectateur de cette apocalypse qui se déroule sous nos yeux, que nous ne contrôlons absolument pas, tout comme les services de l'ordre, les équipes médicales, le corps enseignant...

 

Il faut donc avoir l'estomac bien accroché et être friand des ambiances gores et violentes pour oser s'y plonger, et surtout, surtout, ne pas avoir un début de grippe ou de gastro... on aurait tendance à vérifier si nos cheveux ne tombent pas ou si nos dents sont bien en place...

Le sol semblait trembler. Au rythme de la chute des corps qui s’écroulaient dans le désordre. Lila écrasa ses paupières les unes contre les autres. Fermer les yeux. Pour ne pas voir. Fermer les yeux et attendre.

Rédigé par La fée Culturelle

Publié dans #Lecture

Repost 0
Commenter cet article

Virginie 19/05/2016 22:30

Ce roman a été mon gros coup de coeur de 2015. A priori, je ne lis pas ce genre de roman mais une fois commencé, impossible de s'arrêter. Et quel style !
Après avoir lu le roman le plus gore de Guillaume Guéraud, tu devrais lire son roman le plus touchant : chassé-croisé.

La fée Culturelle 19/05/2016 22:45

On m'a aussi conseillé "je mourrai pas gibier "