Beaux rivages, Nina Bouraoui

Publié le 23 Novembre 2016

Quels que soient notre âge, notre sexe, notre origine sociale, nous sommes tous égaux devant un grand chagrin d’amour.

C'est l'histoire d'une femme, A, qui apprend par SMS qu’Adrian, son compagnon, a besoin de liberté et la quitte. Une rupture brutale, sans ménagement et qui met fin à 8 ans de vie commune. Elle découvre rapidement qu’une rivale est à l’origine de cette décision. Adrian la trompait depuis plusieurs mois. C’est un véritable séisme pour la jeune femme.

On pourrait se dire qu'il s'agit encore d'un énième roman sur la fin d'un amour, qu'il va être larmoyant à souhait et que rien d'intéressant n'en ressortira... détrompez-vous ! C'est un roman dit "thérapeutique", rempli d'espoirs et qui donne envie de vivre.

Bien sûr, on suit la descente aux enfers du personnage principal, surtout avec l'importance du numérique où l'on sait tout et où l'on voit tout. Se remettre d'une rupture aujourd'hui et d'autant plus difficile avec la présence de la digitalisation. En effet, les ruptures se passent différemment qu'il y a 20 ans, et on ne souffre pas de la même manière, j'imagine. C'est ce qu'à voulu montrer l'auteur.

Ici A est d'ailleurs complètement obsédée par "l'autre", qui tient un blog et qui semble mener une guerre virtuelle contre elle. Le numérique devient un piège contre lequel il est difficile de se défaire pour se remettre d'une rupture. "C’est vrai qu’avec internet, nous sommes devenus les propres détectives de notre douleur. Une addiction qui n’aide pas à tourner la page."

On n'est pas tellement dans le "pathos" dans ce roman car l'auteur dissèque toutes les phrases, analyse les sentiments.. On veut voir ce que va devenir A, comment elle va s'en sortir, à quoi elle va se raccrocher.

C’est un roman d’espérance parce que l’amour nous sauvera toujours. Un cœur brisé en mille morceaux se reconstruit. Il faut juste du temps."

J’ai écrit ce livre pour tous les quittés du monde. Pour l’homme ou la femme (…) qui va traverser les mêmes épreuves que mon héroïne. Parce que, quelle que soit notre catégorie sociale ou notre âge, un chagrin d’amour provoque ces mêmes phases de colère, de haine, de destruction de soi".

Beaux rivages, Nina Bouraoui, Ed. JC Lattès, 2016.

Rédigé par La fée Culturelle

Publié dans #Lecture

Repost 0
Commenter cet article