U4 Koridwen, Yves Grevet

Publié le 8 Mars 2016

Je viens de fermer un de tome de U4, celui de Koridwen et je suis... ravie ! Vous connaissez cette sensation ? Celle où, au moment où vous fermez un livre, vous avez envie que ça continue encore, que l'histoire aurait pu se poursuivre, que vous avez envie d'en savoir encore plus ? Que vous souriez bêtement dans le train (oui, je l'ai terminé dans les transports), ravie de la tournure que prend le livre... que vous avez été emporté dans l'histoire, que vous aviez deviné certains éléments et que c'est vraiment chouette l'imaginaire !?

Bon, voilà en gros l'effet que m'a provoqué la lecture de ce 3e tome de la série U4. Peut-être que certains d'entre vous ne seront pas d'accord et me diront que ce n'est qu'un coup monté d'un éditeur, qui a réuni 4 bons auteurs, leur a demandé de pondre une histoire avec un peu de science fiction tout de même, car aujourd'hui c'est ce qui plait aux ados (on pense à Divergente, Hunger Games et tous ces grands succès). Qu'au final c'est qu'une grosse opération marketing...

Oui, oui d'accord, peut-être que c'est le cas, mais quand même, ils ont réussi leur coup non ? Parce que moi, j'ai adoré ce tome !

J'avoue avoir été déçue, lorsque j'avais lu Yannis, par la fin... il ne se passait rien d’extraordinaire, et rien n'était réglé. Pareil pour Stéphane du coup... En effet, on nous pousse à lire l'ensemble des tomes pour comprendre quelle sera la véritable fin (marketing quand tu nous tiens), et vraiment on est bluffé (je trouve). Du coup, il est vrai que l'on voit les choses tout de même, un peu différemment.

Avec Koridwen, on découvre vraiment une personnalité à part entière. On se lie très vite avec cette jeune fille (que je n'arrive désespérément pas à imaginer rousse, mais blonde). Débrouillarde, fière, énigmatique, sensible, combattante.

Je m'étais faite cette réflexion pour les 2 autres tomes, mais je ne voyais pas du tout Koridwen de cette manière en lisant Yannis ou Stéphane. On découvre vraiment une autre facette du personnage. Et je trouve ça appréciable. ça montre tout de même que l'image que l'on renvoie est souvent vraiment différente ce que l'on est vraiment. En lisant les deux autres tomes, je l'imaginais comme quelqu'un de vraiment bizarre (c'était le but, me diriez-vous), et je l'imaginais un peu comme.... Luna Lovegood dans Harry Potter (si vous voyiez le genre)... ce n'est pas vraiment à son avantage, même si Luna a bon fond au final. Du coup, je n'ai pas réussi à me détacher de cette image pendant une bonne partie du livre. Il a fallu que Koridwen me convaint. Au final, sa combattivité, sa sensibilité et son origine géographique ont réussi àme toucher !

Bref, j'ai aimé le rythme de l'histoire, les événements, l'humeur battante de Koridwen, sa sensibilité aussi. Puis, j'aime son auteur, ça a dû jouer...

Vais-je lire Jules ? En tout cas, il m'attend sur mon bureau...

 

                     

Rédigé par La fée Culturelle

Publié dans #Lecture

Repost 0
Commenter cet article

Daniel 08/03/2016 21:06

Je l'ai lu celui-là. Bien aimé le personnage. Juste un peu déçu à la fin trop rapide à mon goût contrairement à beaucoup de lecteurs.
Est-ce que ça apporte quelque chose à la compréhension générale de l'histoire de lire les autres tomes ?

La fée Culturelle 08/03/2016 21:08

Oui c'est ce que je disais. En gros tout commence à la fin !